Le projet INTAFRADE vise à prévenir la dépendance de la population âgée et fragile

28 04 2014

 

Avancer dans la connaissance des patients âgés et fragiles et dans leur prise en charge afin de retarder et/ou d’éviter leur évolution vers la dépendance, voilà le but du projet INTAFRADE (InTegral Approach to the transition between FRAilty and DEpendence in older adults) du réseau transfrontalier de recherche biomédicale Refbio.

Ce projet, dirigé par le Groupe EpiChron de l’Institut Aragonais des Sciences de la Santé (IACS) intégré au sein de l’Institut de Recherche de Santé d’Aragon, compte également sur la participation du Département de médecine gériatrique du CHU de Toulouse-Purpan, de l’Institut de Recherche de Santé Biodonostia et du Groupe de Gériatrie de Navarre.

Ce projet vise à recueillir des données cliniques sur les patients fragiles faisant partie de quatre contextes de prise en charge de Refbio, tels que le complexe hospitalier de Navarre, l’hôpital Miguel Servet de Saragosse, l’hôpital Gérontopôle de Toulouse et divers centres d’Osakidetza.

Comme déclaré par Alexandra Prados Torres, coordinatrice du Groupe EpiChron, au cours de cette première année, le projet de recherche dans lequel ils sont impliqués « est consacré à la recherche de patrons de maladie communs aux différents domaines et niveaux de prise en charge analysés, ainsi que leur rapport avec la capacité fonctionnelle, la mortalité et la consommation de ressources par les patients âgés ».

INTAFRADE aspire à devenir un réseau stable de collaboration entre les professionnels intéressés dans l’étude de la fragilité. La première réunion présentielle du réseau a déjà eu lieu à Toulouse, et trois rencontres de travail sont prévues, ainsi que des missions de recherche dans les différents centres de développement du projet.

Ce projet s’inscrit dans le Réseau transfrontalier de recherche biomédicale Refbio, constitué de diverses organisations de recherche biomédicale : Navarre, Pays Basque, La Rioja, Aragon et Midi-Pyrénées.