Une équipe pluridisciplinaire étudiera une famille de bactéries responsables de la tuberculose

23 04 2014

 

D’après l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), un tiers de la population mondiale est infecté par l’ensemble de bactéries Mycobacterium tuberculosis, responsables de près de deux millions de décès par an. Malgré l’existence de certains outils thérapeutiques, les vaccins existants ne permettent pas la maîtrise totale de ces infections.

Deux groupes de recherche de l’Institut Aragonais des Sciences de la Santé (IACS) et un groupe de l’Université Paul Sabatier de Toulouse, tous faisant partie du réseau de recherche biomédicale transfrontalière Refbio, ont mis en place le projet Étude de l’impact de la région RD8 sur la régulation de la sécrétion d’ESAT -6 en Mycobacterium bovis et Mycobacterium africanum, précisément afin d’étudier en profondeur cet ensemble de bactéries.

D’après Christophe Guilhot, leader du projet et coordinateur du groupe français, « les chercheurs participants ont des compétences complémentaires dans les domaines de l’épidémiologie, la biologie moléculaire et la génétique, et ont de l’expérience avec les bacilles de tuberculose ».

Le complexe de bactéries Mycobacterium tuberculosis responsable de la maladie se compose de bactéries avec plus de 99 % de proximité dans leur identité génétique. Cependant, certaines d’entre elles ont une moindre capacité à provoquer la maladie auprès des humains et un moindre potentiel de transmission.

Dans ce projet, le groupe de recherche souhaite étudier la maîtrise de l’interaction entre les bactéries et leurs hôtes dans le cas des souches de la bactérie avec une moindre capacité de transmission. Le but : apprendre à exploiter ces connaissances dans la lutte contre la tuberculose.

Ce projet s’inscrit dans l’ensemble de projets de collaboration mis au point par le Réseau transfrontalier de recherche biomédicale Refbio, constitué de diverses organisations de recherche biomédicale transfrontalières : Navarre, Pays Basque, La Rioja, Aragon et Midi-Pyrénées.