De nouveaux marqueurs biomoléculaires pour faire face à la nature hétérogène du cancer du sein

28 04 2014

 

Le cancer du sein est l’un des plus fréquents chez les femmes, ayant présenté une augmentation des cas durant ces dernières années, avec un taux de mortalité élevé malgré sa tendance à la baisse. L’une des caractéristiques de cette affection est la nature hétérogène dans la phase clinique et dans la réponse au traitement oncologique.

En partie, cette nature hétérogène clinique se doit à l’existence de divers sous-types pathologiques du cancer du sein. Le classement des différents cancers à l’aide de marqueurs immunohistochimiques a été déterminant dans le choix des traitements oncologiques spécifiques.

Dans ce sens, plusieurs instituts de recherche biomédicale espagnols et français, regroupés au sein du réseau transfrontalier de recherche biomédicale Refbio (Navarrabiomed, le Complexe Hospitalier de Navarre, le Centre de recherche biomédicale de La Rioja et l’Université Paul Sabatier III de Toulouse) ont mis en place le projet ncRNAbc, dans l’objet d’analyser de nouveaux bio-marqueurs prédictifs de réponse au traitement oncologique auprès des patientes porteuses de deux sous-types spécifiques de cancer du sein. En particulier, il s’agira de l’analyse des patrons d’expression globale de micro-ARN (type d’ARN non codant de petite taille) face à la réponse au traitement oncologique.

D’après le Dr. David Guerrero, chercheur de Navarrabiomed, « l’intégration de nouveaux marqueurs a permis une différenciation plus précise des sous-types de cancer du sein existants, avec des indications de traitement différentes les unes des autres ». Toutefois, le Dr. Guerrero tient à préciser que « chacun des sous-types inclut des tumeurs plus ou moins agressives, obligeant à faire l’étude de nouveaux marqueurs moléculaires permettant d’expliquer leur nature hétérogène ».

Ce projet s’inscrit dans l’ensemble de projets de collaboration mis au point par le Réseau transfrontalier de recherche biomédicale Refbio, constitué de diverses organisations de recherche biomédicale transfrontalières : Navarre, Pays Basque, La Rioja, Aragon et Midi-Pyrénées.